La pleine conscience

Accepter de plonger dans ses expériences intérieures désagréables suppose d’avoir appris au préalable à nager.
C’est seulement en étant dans une disposition  de pleine écoute à ce qui se passe en moi, que je serai en capacité d’intervenir.

La pratique de la pleine conscience est pour nous tous essentielle – et pas seulement si nous nous sentons mal. Son tout premier bénéfice est d’apaiser notre esprit en ralentissant le flux mental et en lui permettant de se reposer un peu – mais ce n’est pas le seul.
Cette conscience bienveillante nous permet également de regarder en nous et autour de nous d’un point de vue extérieur à l’expérience. Elle est la porte qui nous permet d’accéder  à ce qui se passe réellement pour nous au cœur d’une situation à enjeu et à accueillir l’intégralité de notre expérience.

La pleine conscience ou mindfulness consiste à « porter son attention intentionnellement au moment présent sans jugement sur l’expérience qui se déploie moment après moment » comme l’a défini Jon Kabat-Zinn . (1)

Des sagesses millénaires pratiquent depuis fort longtemps la connaissance et l’investigation de l’esprit.  Pour certaines cultures développer des capacités telles que : aiguiser la capacité d’attention, ralentir le flux mental, reconnaître et identifier les pensées qui se présentent, procéder à une observation consciente, opérer des choix de pensées, cultiver certains états mentaux aidants est primordial.  Nous découvrons et commençons à expérimenter en occident de manière plus généralisée la pleine conscience,  inspirée de la méditation bouddhiste Vipassana, en réponse aux « maux de l’esprit » qui touchent de plus en plus de personnes dans nos sociétés.

C’est un fait remarquable que deux univers se soient rencontrés, en l’occurrence les traditions méditatives orientales et la recherche des neurosciences, ainsi que la psychologie. Jon Kabbat Zinn, médecin, chercheur et méditant, a le premier formalisé l’approche de réduction du stress par la pleine conscience. Il a ainsi pu élaborer un programme de réduction de stress en 8 semaines qui est aujourd’hui suivi dans de nombreux pays (2).

Grâce à la pratique de l’attention consciente,  vous allez vous-même constater le premier grand bénéfice que vous en retirez : votre état de stress va se réduire considérablement. La méditation de pleine conscience est un antidote puissant à l’anxiété, au stress, à l’épuisement mental, à l’irritabilité. On compare son efficacité à celle des meilleurs antidépresseurs aujourd’hui sur le marché.

En revenant à nos sensations corporelles, nous rétablissons l’équilibre entre notre esprit et notre corps.
 Cette pratique nous rend plus alerte et plus vif. C’est la pratique de base d’hygiène interne. Comme pour tout apprentissage, la répétition est nécessaire ; faites-le, c’est tout. Ensuite votre système l’intégrera, car il est orienté vers l’adaptation et l’intégration de ce qui vous convient le mieux, vers l’optimisation de son fonctionnement.

(1)Jon Kabbat Zinn est un professeur de médecine. Il a fondé et il dirige la Clinique de Réduction du Stress (Stress Reduction Clinic) et le centre pour la pleine conscience en médecine (Center for Mindfulness in Medicine, Health Care, and Society) de l’université médicale du Massachusetts. Il enseigne la « méditation de la pleine conscience » (mindfulness meditation) comme une technique destinée à aider les gens à surmonter leur stress, leur anxiété, leur douleur et leur maladie. Il est membre du conseil d’administration du Mind and Life Institute, qui a pour but de promouvoir un dialogue entre la science et le bouddhisme.

(2) Nombre d’études descriptives ont montré l’efficacité du programme MBSR dans la réduction de la douleur et des symptômes secondaires à la douleur. Elles ont aussi montré que le programme se révélait efficace sur les comportements de patients qui présentent un large spectre de maladies accompagnées de douleurs chroniques. Des contrôles à long terme (actuellement sur une période de  4 ans) ont montré  que le programme en 8 semaines continue de prodiguer ses bénéfices.
Des protocoles de recherche sont actuellement à l’étude ou en cours dans les pays francophones, rejoignant en cela les pays anglo-saxons déjà bien engagés dans cette voie.

Site internet Association pour le développement de la Mindfulness: http://www.association-mindfulness.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez compléter ce petit calcul pour valider *